Programmes > Par auteur > Cormareche Elise

Diversité des comportements techniques et cynégétiques au Gravettien récent : nouvelles données sur l'abri des Peyrugues (Orniac, Lot)
Elise Cormareche  1, 2@  
1 : UMR 7041, ArScAn, équipe AnTET
UMR 7041 ArScAn - AnTET
2 : Paléotime
Société Paléotime

Malgré la reconnaissance d'une unité culturelle paneuropéenne principalement définie à partir d'une approche typologique (notamment présence de pointes à dos) ainsi que sur les traditions artistique et symbolique (comme les « Vénus »), le Gravettien est considéré comme une « culture-mosaïque ». Une multitude d'expressions technologiques sont observées tout au long de cette période de près de 8000 ans et sur un vaste territoire, de l'Atlantique à l'Oural. Alors qu'actuellement 4 principaux faciès sont reconnus (ancien, moyen, récent et final), la variabilité des comportements observés s'exprime aussi bien inter qu'intra-faciès. Quelle est sa signification ? A l'échelle du site, est-elle chronologique, culturelle, fonctionnelle ou environnementale ? Qu'en est-il à l'échelle régionale et extrarégionale ? Mais également, comment cette variabilité s'articule-t-elle avec la transmission des connaissances et savoir-faire sous-tendue par le caractère unitaire du Gravettien longtemps défendu ?

 

En prenant l'exemple de la deuxième moitié du Gravettien, et plus particulièrement sa phase récente pour laquelle une importante variabilité des systèmes techniques est attestée, notre recherche propose d'interroger les différents facteurs qui peuvent influencer l'évolution des systèmes techniques et la diversité des comportements à l'échelle inter-régionale.

L'étude en cours se base sur 4 sites archéologiques : L'abri Pataud (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne), le Taillis des Coteaux (Antigny, Vienne), le Blot (Cerzat, Haute-Loire) et l'abri des Peyrugues (Orniac, Lot). L'exemple de ce dernier permet d'apporter de nouveaux éléments de discussion sur la variabilité interne du Gravettien récent.

L'étude des stratégies techno-économiques de P. Guillermin et A. Morala étaye l'existence de sous-phases au sein du Gravettien récent. En effet, l'abri des Peyrugues livre deux niveaux (C22 et C20) stratifiés attribués au Gravettien récent et séparés par une couche stérile pour lesquels les comportements techno-économique sont distincts, contrairement à la vocation du site, ainsi qu'au contexte environnemental. Une évolution pouvant correspondre à l'existence de sous-phases a donc été observée. Toutefois, les mécanismes et facteurs permettant de comprendre le passage entre ces deux sous-phases restent questionnés (Klaric et al., 2009 ; Guillermin et Morala, 2013).

Le réexamen de cette série lithique, en particulier au travers d'une étude fine des armatures lithiques, de leur variabilité et des différentes chaines opératoires permet d'apporter de nouveaux éléments pour décrire ces variations et interroger les facteurs de changement. 


Personnes connectées : 1 Flux RSS