Programmes > Par auteur > Cicolani Veronica

Productions métalliques à la fin du premier et au début du second âge du fer dans le domaine nord-alpin (7e-5e siècle avant J.-C.) : quand créativité et spécialisation caractérisent les artisans.
Emilie Dubreucq  1@  , Veronica Cicolani  2, 3@  , Anne Filippini  4, *@  
1 : UMR 5608-TRACES Université Toulouse Jean Jaurès  -  Site web
Université Toulouse le Mirail - Toulouse II
Maison de la Recherche 5 rue A. Machado 31 058 Toulouse cedex -  France
2 : Archéologie et Philologie d'Orient et d'Occident  (AOROC)  -  Site web
CNRS : UMR8546
CNRS : UMR8546 - Ecole Normale Supérieure de Paris - ENS Paris - 45 Rue d'Ulm 75230 PARIS CEDEX 05 -  France
3 : Archéologie des Sociétés Méditerranéennes  (ASM)  -  Site web
CNRS : UMR5140
390 av de Pérols - 34970 LATTES -  France
4 : Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés  (TRACES)
Université Toulouse 2, Centre National de la Recherche Scientifique : UMR5608
Maison de la Recherche, 5 allée Antonio Machado 31058 TOULOUSE Cedex 9 -  France
* : Auteur correspondant

Faute de représentation dans le monde funéraire, dans les sources écrites et iconographiques, la perception des artisans à la fin du premier âge du Fer (7e-5e siècle avant J.-C) repose d'abord sur l'étude de leurs productions : en tenant compte de leur diversité et des degrés de savoir-faire mis en œuvre pour leurs réalisations. Puis l'étude des structures de production, c'est-à-dire des ateliers comme lieu de travail, des déchets artisanaux et des panoplies d'outillage, qui permet de qualifier leurs activités et d'illustrer l'organisation de leur travail et de leur vie quotidienne.

Depuis les années 2000, le renouvellement des problématiques et des données disponibles sur le sujet ont permis des avancées significatives sur la perception du rôle des artisans dans la société, à un moment où un phénomène de complexification sociale est notable, visible entre autres par une réoccupation des sites de hauteur et de leurs faubourgs et la réapparition des tombes sous tumulus. Du point de vue technique, ce phénomène s'accompagne aussi du développement de la métallurgie du fer sur les habitats, qui assurément a permis des améliorations notables à l'échelle des structures artisanales.

Dans ce contexte du Hallstatt centre-occidental (Allemagne, Suisse, France de l'Est), nous souhaitons montrer comment l'étude interdisciplinaire de certaines productions (témoins de la vie quotidienne ou objets plus prestigieux), associée à celle des vestiges d'ateliers, concoure à nous révéler une grande créativité des artisans, leur grande maîtrise des techniques, et leur volonté d'optimiser leur travail au fil du temps.


Personnes connectées : 3 Flux RSS