Programmes > Par auteur > Chevalier Solène

Mobilités littorales aux IIème et Ier millénaires av.n.è. Le cas de la côte tyrrhénienne orientale
Solène Chevalier  1, 2@  
1 : Archéologie et Philologie d'Orient et d'Occident  (AOROC)  -  Site web
CNRS : UMR8546, École normale supérieure [ENS] - Paris, École Pratique des Hautes Études [EPHE]
CNRS : UMR8546 - Ecole Normale Supérieure de Paris - ENS Paris - 45 Rue d'Ulm 75230 PARIS CEDEX 05 -  France
2 : Ecole Doctorale 472 : Histoire, textes et documents (EPHE)  (ED 472 HTD)  -  Site web
École Pratique des Hautes Études [EPHE]
Ecole pratique des hautes études Ecole doctorale 46 rue de Lille 75007 Paris -  France

La côte tyrrhénienne orientale constitue un cas d'étude idéal pour restituer les dynamiques de peuplement au sein d'un environnement côtier mouvant, situé entre les domaines maritime et continental. À partir de l'âge du Bronze moyen, les relations maritimes avec l'Égée connaissent un nouvel essor et les voies suivies par les marins mycéniens aboutissent à la côte ionienne et à l'espace tyrrhénien méridional jusqu'au golfe de Naples, contribuant à la diffusion d'objets et de pratiques dans la péninsule italienne et dans les îles. À partir de cette même période émerge une catégorie spécifique de sites, que l'on pourrait qualifier « d'emporia » de l'âge du Bronze, ainsi qu'une organisation par secteurs géographiques, qui perdure jusqu'au premier âge du Fer. Les activités productives liées à l'environnement côtier ont restitué de nombreux témoignages et semblent attester d'une solide organisation économique du territoire côtier dès le milieu du IIe millénaire et qui perdure jusqu'aux phases historiques.

Au travers des mobilités environnementales, culturelles et économiques, c'est-à-dire des modifications du milieu côtier, des déplacements de groupes culturels et des rapports commerciaux qu'entretiennent les différentes communautés, cette communication vise à dresser un panorama archéologique et historique des fréquentations du littoral tyrrhénien oriental et à mettre en lumière les schémas de peuplement. Ainsi il convient de souligner le caractère modulaire et sectorisé de l'organisation territoriale à l'âge du Bronze, qui trouve encore des échos à l'époque archaïque. Le stress environnemental auquel sont soumises les communautés littorales durant la Protohistoire et aux premières périodes historiques est également pris en compte comme un facteur déterminant pour la compréhension de la temporalité des établissements (permanents, temporaires, saisonniers) et les témoignages archéologiques tendent à révéler une grande capacité d'adaptation de la part des habitants.

Cette proposition de communication fait écho au travail de thèse effectué au sein de l'UMR 8546 (AOrOc) et à l'École pratique des hautes études sous la direction de Stéphane Verger et qui porte sur l'occupation du littoral tyrrhénien oriental (âge du Bronze moyen – époque archaïque).


Personnes connectées : 4 Flux RSS