Programmes > Par auteur > Guillermin Patricia

Le Magdalénien en moyenne vallée du Rhône : nouvelles données sur une séquence du Paléolithique supérieur récent des Gorges de l'Ardèche : la baume d'Oulen (Gard/Ardèche).
Pierre-Antoine Beauvais  1, *  , Patricia Guillermin  1, *@  , Nicolas Teyssandier  1, *@  
1 : Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés  (TRACES)
Université Toulouse 2, Centre National de la Recherche Scientifique : UMR5608
Maison de la Recherche, 5 allée Antonio Machado 31058 TOULOUSE Cedex 9 -  France
* : Auteur correspondant

 

Les gorges de l'Ardèche sont connues comme un dense espace de peuplement humain et de circulation des groupes tout au long du Paléolithique supérieur. Elles se situent à proximité immédiate du sillon rhodanien, souvent interprété comme un espace d'échanges mais aussi de frontière à certains moments du Pléistocène récent. Ceci est particulièrement frappant au Pléniglaciaire où le Rhône partage en quelque sorte l'Europe occidentale entre deux grandes provinces culturelles : Magdalénien franco-cantabrique à l'Ouest et Epigravettien à l'Est.

 

Dans ce cadre, l'attribution de différents contextes archéologiques de grottes et abris aux phases chrono-culturelles du Magdalénien en moyenne vallée du Rhône est tributaire d'un héritage méthodologique calqué sur les séquences occidentales.   Alors que de nouveaux espaces géographiques sont investies depuis quelques décennies  (arc liguro-provençal, Massif Central), les gorges de l'Ardèche, et plus largement la moyenne vallée du Rhône, se démarquent par l'état lacunaire de la documentation archéologique, souligné en particulier par le faible nombre et la piètre résolution des dates radiocarbones.

 

Le phasage chronologique du Magdalénien dans la moyenne vallée du Rhône repose principalement sur les séquences datées du Magdalénien inférieur dans le Gard (Fontgrasse, Piles Loins) et du Magdalénien supérieur, connu par un corpus de sites de part et d'autre du Rhône : dans les Gorges de l'Ardèche et le Gard (le Colombier, la baume d'Oulen, la Salpétrière) ; dans le Vaucluse et les Bouches du Rhône (Chinchon I, Soubeyras, l'Adaouste). La présence du Magdalénien moyen, jadis mentionné dans les gorges de l'Ardèche, reste aujourd'hui sujette à caution. L'Epigravettien, dont la présence fugace est attestée sur la base de quelques ensembles lithiques, interroge sur les modalités de contacts et d'échanges de part et d'autre du Rhône. En résumé, force est de reconnaître que les filiations chrono-culturelles établies régionalement pour la période du Tardiglaciaire trouvent leurs limites dans des contextes archéologiques souvent lacunaires qui demandent à être révisés.

 

La reprise de l'archéo-séquence du grand site classique de la Baume d'Oulen (Labastide de Virac-Le Garn, Gard-Ardèche) se situe dans cette dynamique de recherche. Nous présentons ici la révision d'un niveau archéologique attribué au Magdalénien supérieur en se fondant sur la reprise des collections issues des fouilles de J. Combier puis de F. Bazile confrontée aux premiers résultats obtenus depuis la reprise des fouilles en 2016. Ce travail nous conduit ensuite à brosser un premier tableau de l'état de la documentation disponible régionalement pour le Tardiglaciaire en insistant en particulier sur le phasage chrono-culturel et les comparaisons qu'il permet d'appréhender avec les séquences classiques du monde franco-cantabrique.

 


Personnes connectées : 2 Flux RSS