Programmes > Par auteur > García Rosselló Jaume

Chaînes opératoires et contacts techniques : l'analyse tracéologique du mobilier céramique du Chalcolithique de Sardaigne
Maria Grazia Melis  1, *@  , Jaume García Rosselló  2@  
1 : Dipartimento di Storia, Scienze dell'Uomo e della Formazione, Università di Sassari  -  Site web
Via Zanfarino, 62, 07100, Sassari -  Italie
2 : Universitat de les Illes Balears  -  Site web
Carretera de Valldemossa, km 7,5, Palma (Illes Balears) -  Espagne
* : Auteur correspondant

La transition Néolithique/Chalcolithique est marquée en Sardaigne par une série de transformations graduelles mais importantes par rapport à l'organisation de la production et plus particulièrement dans le domaine de la céramique : on remarque la survivance de quelques aspects de la tradition néolithique, mais en même temps une très évidente perte d'intérêt pour le décor et l'introduction de nouvelles formes vasculaires, parmi lesquelles le « tegame », un plat pour la cuisson, qui fait l'objet de notre étude. Il s'agit d'une catégorie formelle bien attestée dans le cadre des productions céramiques du Chalcolithique ancien de la Sardaigne, notamment dans un des villages les plus importants, Su Coddu/Canelles (Selargius), qui a été objet de plusieurs fouilles extensives et qui a délivré une série de datations radiométriques. La recherche, qui s'est développée dans le cadre d'une collaboration entre les universités de Sassari et des Iles Baléares, a permis de reconstruire environ 50 unités vasculaires relatives à « tegami », la plupart avec profil complet. Elles ont été comparées à d'autres récipients retrouvés dans les villages contemporains du Cronicario (Sant'Antioco) et Terramaini (Cagliari).

Le façonnage est généralement une des étapes les plus stables du processus de fabrication de la poterie, contrairement aux décorations et aux traitements des surfaces. Par rapport aux « tegami », en analysant les différentes chaînes opératoires, on a pu déterminer une ou diverses stratégies de fabrication. L'identification des traces observées et sa vérification expérimentale ont permis d'établir l'existence du même savoir-faire dans les différents contextes, avec quelques variations dans les stratégies techniques auxiliaires. Ces variations sont présentes au sein d'un même village, tandis qu'on ne remarque pas d'évidentes différences régionales.

Les résultats de la recherche suggèrent l'existence de savoir-faire technologiques partagés au-dehors du village avec des groupes appartenant à des habitats proches (Terramaini) ou éloignés (Cronicario). Cet aspect confirme l'existence d'une mobilité régionale attestée par la circulation des matières premières.


Personnes connectées : 1 Flux RSS