Programmes > Par auteur > Blitte Hélène

Les dépôts non funéraires de l'âge du Bronze, du bassin des Carpates à la côte atlantique française : similitudes européennes et spécificités régionales
Hélène Blitte  1, 2@  
1 : Trajectoires - UMR 8215  -  Site web
Centre National de la Recherche Scientifique : UMR8215
UMR 8215 Trajectoires MAE 21 allée de lÚniversité 92023 Nanterre cedex -  France
2 : Goethe-Universität Frankfurt am Main  -  Site web
Theodor-W.-Adorno-Platz 1 , 60323 Frankfurt am Main -  Allemagne

Les dépôts non funéraires de l'âge du Bronze européen (2200-800 av.J.-C.) présentent une très grande variabilité dans le temps et dans l'espace, aussi bien du point de vue de leur contenu que de leur fréquence. Dans cet exposé seront abordés les principaux résultats mis en évidence lors d'un travail de thèse soutenu en 2015, basé sur une approche intrinsèque et extrinsèque de ces ensembles. Cinq zones échantillons ont été analysées à l'aide de diverses méthodes statistiques et la mise en place d'un Système d'Information Géographique. Les dépôts singuliers (un seul objet) et pluriels (au moins deux objets) des régions suivantes ont été inventoriées : les Carpates occidentales, le Mittelelbe-Saale-Gebiet (MESG), le Danemark, le seuil de Bourgogne et le Massif armoricain élargi. L'ensemble des analyses a ainsi été mené sur un corpus de 4331 dépôts.

A l'issu de ce travail, des modalités de dépôt ont pu être définies à l'échelle de l'Europe, affichant similitudes mais aussi spécificités régionales. Le Massif armoricain élargi se démarque par exemple des autres régions à plusieurs reprises : ensembles majoritairement homogènes et de composition simple, apogée de la pratique au Bronze moyen 2, nette préférence pour les haches, etc. Une diffusion de la pratique d'Est en Ouest semble se dessiner, selon l'observation de certains critères tels que la fin de la pratique de dépôt, l'apparition de la fragmentation au sein des ensembles ou celle d'éléments de char et de banquet, attestés plus précocement dans les Carpates et plus tardivement au Danemark et dans le Massif armoricain. Quant à la fonction de ces ensembles, elle reste difficile à appréhender. Pour cela, une remise en contexte s'est avérée nécessaire, en abordant notamment les habitats et établissements fortifiés et les pratiques funéraires. Des hypothèses de travail ont été émises en termes de reproduction sociale mais également rites de passage matériels ou paiements d'obligation sociale.



  • Poster
Personnes connectées : 2 Flux RSS