Programmes > Par auteur > Koehler Héloïse

Foyer, aire de rejet ou accumulation taphonomique ? Analyse d'une possible structure de combustion du Paléolithique moyen de Mutzig « Rain » (Alsace, France)
Alison Smolderen  1@  , Fabio Wegmüller, Héloïse Koehler@
1 : Cedarc/Musée du Malgré-Tout
28, rue de la Gare 5670 Treignes Belgique -  Belgique

Fouillé depuis 2009, l'abri sous roche de Mutzig « Rain » a livré au moins 7 niveaux archéologiques du Paléolithique moyen datés du Stade Isotopique Marin 5, ce qui en fait un site exceptionnel pour la région alsacienne (Koehler et al., 2016). Le gisement est également remarquable par les nombreux témoins de combustion découverts : charbons, os et pierres brûlés, sédiments thermo-altérés. Ces vestiges de combustion se retrouvent de façon plus ou moins diffuse dans différents niveaux. Dans la couche 7C1, une zone ovalaire bien délimitée d'environ 4 m² comprend une forte concentration d'ossements brûlés. Par comparaison à d'autres secteurs, la zone n'a en revanche pas livré une quantité importante de charbons. L'objectif de l'étude est d'investiguer la nature de cette zone : s'agit-il d'un foyer (combustion sur place), d'une aire de rejet (dépôt secondaire anthropique de restes de combustion) ou d'une accumulation naturelle de vestiges brûlés provoquée par des phénomènes post-dépositionnels ? La démarche s'appuie sur l'analyse des restes fauniques thermo-altérés (degrés et types d'altérations colorimétriques, altérations morphologiques, taux de fragmentation, histologie) ainsi que sur l'étude des vestiges lithiques brûlés qui y sont associés. Les sédiments sous-jacents sont également analysés afin de tenter de déterminer si la combustion a eu lieu in situ. Le recoupement des indices fournis par l'analyse de ces différentes catégories de vestiges permet d'évaluer les différentes hypothèses et de proposer une interprétation. 


Personnes connectées : 1 Flux RSS