Programmes > Par auteur > Font Caroline

Formations superficielles et occupations paléolithiques en France septentrionale : Développement et applications d'un Système d'Information Géographique (SIG)
Emilie Goval  1, *@  , Caroline Font  2@  , David Hérisson  3@  , Sylvie Coutard  4@  , Clément Paris  5@  , Jean-Luc Locht  4@  
1 : DRAC - Service Régional de l'Archéologie
Muséum National d'Histoire Naturelle (MNHN)
2 : Institut National de Recherches Archéologiques Préventives
INRAP
3 : UMR 7041
UMR 7041 ArScAn - AnTET
4 : Institut National de Recherches Archéologiques Préventives
UMR 8591 LGP
5 : Institut National de Recherches Archéologiques Préventives
ARSCAN
* : Auteur correspondant

Depuis quelques années, de nombreux chercheurs du Nord de la France travaillent à la mise en place d'un outil relevant des Systèmes d'Informations Géographiques (SIG) à partir d'un important corpus de données géologiques et archéologiques. Il permet de travailler à différentes échelles, de la région au site jusqu'à l'indice de site et de cartographier les formations superficielles, les gisements et les indices d'occupations paléolithiques, tout en travaillant de manière homogène sur l'ensemble des sites fouillés. En effet, la réflexion scientifique sur ces périodes anciennes s'appuie essentiellement sur les artefacts lithiques et sur le contexte chronostratigraphique dans lequel les occupations prennent place. L'enregistrement, l'étude et l'exploitation de ces données font appel à un faisceau de disciplines scientifiques complémentaires (géologie, géomorphologie, préhistoire, paléontologie, archéozoologie, palynologie...). L'utilisation des Systèmes d'Informations Géographiques (SIG) et les possibilités d'acquisition, d'affichage, d'analyse, et d'édition qu'ils offrent constituent dans ce cadre un apport indéniable. Cet outil permet bien sûr l'élaboration rapide de cartes et de documentation pour la réalisation de synthèses sur les peuplements préhistoriques de France septentrionale, du Paléolithique inférieur au Paléolithique supérieur ancien. Mais plus largement, les analyses de données, la visualisation rapide des résultats, etc. permettent de tester relativement rapidement de nombreuses hypothèses de travail et ainsi d'avancer dans la compréhension des sites, des liens qu'ils entretiennent entre eux et avec leur contexte paléoenvironnemental. La présente communication se propose d'illustrer quelques exemples d'utilisation des SIG dans l'étude des occupations paléolithiques du nord de la France, selon plusieurs problématiques d'étude et d'échelles d'analyse. Dans un premier temps pourront être présentés des exemples plus spécifiquement liés aux contextes géomorphologiques, et dans un deuxième temps des exemples d'exploitation « archéologique » des bases de données contenant les informations sur les vestiges lithiques et fauniques issus des fouilles paléolithiques. Ce découpage est relativement artificiel dans la mesure où l'ensemble des données est indissolublement lié.


Personnes connectées : 1 Flux RSS