Programmes > Par auteur > Coppola Donato

L'occupation gravettienne de la Grotte Santa Maria di Agnano (Puglia. Italia)
Henry Baills  1@  , Pierre Magniez, Donato Coppola@
1 : Muséum national d'Histoire naturelle, UMR 7194 CNRS-MNHN, Paris. Centre Européen de Recherches Préhistoriques, Tautavel, France.
Muséum national d’Histoire naturelle, UMR 7194 CNRS-MNHN, Paris.
1 RUE PANHARD PARIS 75013 -  France

La grotte-abri de Santa Maria di Agnano (Puglia. Italia) a été le lieu d'une fréquentation anthropique longue s'étendant du Moustérien à l'époque contemporaine. Ce site, à cause de sa grande superficie, a été divisé en plusieurs zones de fouille. Celle qui nous intéresse ici, nommée SMA-Esterno, correspond à une aire de 21 m2 et est implantée immédiatement à l'avant du porche actuel.

Les fouilles de la zone SMA-Esterno ont montré une présence humaine continue s'étendant de l'Aurignacien à l'Epigravetttien final au sommet du remplissage. Les couches gravettiennes correspondent aux US6 à US9. Ces occupations ont donné les dates C14 suivantes : 26339-25779 Cal BC. et 25221-24549 Cal BC.

L'industrie lithique associée à ces occupations gravettiennes est réalisée pour la plus grande partie sur des supports laminaires et lamellaires en silex de bonne qualité de couleur miel. Il provient des gites du massif du Gargano, distant de 250 km du site. Des grattoirs longs à bords retouchés sont associés à de nombreux burins-nucléi sur troncature ou sur cassure. Les pointes de la Gravette sont bien représentées le plus souvent sous un morphotype de petites dimensions. Des galets oblongs en calcaire silicifié ont été découverts dans les couches gravettiennes. Ils ont été systématiquement fracturés.

L'occupation gravettienne de SMA-Esterno trouve un parallèle intéressant avec celle de la couche 21 de la Grotte Paglicci, à la topographie toutefois distincte non sans incidence sur les activités humaines.

L'étude archéozoologique préliminaire a été réalisée sur un échantillon de 1330 restes de grands mammifères. L'ensemble osseux a été accumulé par des groupes humains. Les modifications par les carnivores sont extrêmement rares. Le couple Cheval (Equus caballus)/Aurochs (Bos primigenius) domine complété par le Cerf (Cervus elaphus), le Sanglier (Sus s. scrofa) et le bouquetin (Capra ibex). Les individus représentés sont majoritairement des sub-adultes et des adultes matures. Les occupants du site ont principalement acquis les ressources carnées dans la vaste plaine située entre le site et le rivage de la mer Adriatique. Après un premier traitement sur le site d'abattage, les gravettiens ont transporté au campement les parties les plus charnues des carcasses suivant les représentations squelettiques surreprésentées par les éléments du squelette axial, du stylopode et du zeugopode. L'étude des traces anthropiques témoigne d'une exploitation poussée des carcasses pour leur viande et le prélèvement de la moelle des os longs. Une utilisation de l'os spongieux comme combustible est proposée.


Personnes connectées : 4 Flux RSS