Programmes > Par auteur > Abbès Khadija

L'industrie à lamelles de l'Oued El Akarit (Tunisie) : Nouvelles données
Khadija Abbès  1@  , Nick Barton  2@  , Aouadi Nabiha  3@  , Belhouchet Lotfi  3@  , Ismail Saafi  4@  
1 : Institut National du Patrimoine
2 : Oxford Institute of Archaeology
3 : Institut National du Patrimoine de Tunis  (INP)
4 Place du Château, 1008 Tunis -  Tunisie
4 : Laboratoire Méditerranéen de Préhistoire Europe Afrique (LAMPEA) 7269
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme

Oued el Akarit, est un site préhistorique majeur en Tunisie, qui a attiré depuis presque un siècle l'attention de plusieurs géologues et préhistoriens. Ce site a été signalé pour la première fois en 1932 par M. Solignac qui a indiqué la présence d'une station épipaléolithique à industrie oranienne. Par la suite, en 1951 le Dr E. Gobert a montré la présence dans la même région d'un gisement moustérien.

Les travaux de recherches sur le terrain ont été débutés dès le début des années cinquante par le Dr E. Gobert et B. How. Depuis 2013, deux compagnes de fouilles ont été menées ; une dans les niveaux moustériens et une autre dans les niveaux épipaléolithiques. Les stations épipaléolithiques (appelées stations A, B et C), sont parmi les plus célèbres gisements dits à lamelles dans le sud tunisien. Elles posent toujours des problèmes d'identification culturelle et de caractérisation typologique et technique (Gobert 1932, Camps 1974, Gragueb 1980 et Sari 2012). L'étude du matériel lithique issu de ces nouvelles fouilles dans des contextes datés est susceptible de livrer des nouvelles informations quant aux comportements techniques et de subsistances des hommes épipaléolithiques de l'Oued el Akarit.

D'un point de vue chronologique, une datation radiométrique a montré que la première phase d'occupation épipaléolithique de la « station C » remonte à 8751- 8482 Cal BP.


Personnes connectées : 3 Flux RSS