Programs > By author > Lloveras Lluís

La gestion des produits d'origine animal par les groups chasseurs-cueilleurs du Gravettien (niveau E) de la grotte de l'Arbreda (Serinyà, NE de la Péninsule Ibérique)
Isaac Rufí  1, *@  , Lluís Lloveras  2, 3, *@  , Joaquim Soler  1@  , Narcís Soler  1@  
1 : Àrea de Prehistòria, Departament d'Història i Història de l'Art, Universitat de Girona
Plaça Ferrater Mora 1, 17071 Girona -  Espagne
2 : Seminari d'Estudis i Recerques Prehistòriques, Departament de Prehistòria, Història Antiga i Arqueologia, Universitat de Barcelona
Montalegre 6-8, 08001 Barcelona -  Espagne
3 : Departament de Ciència Animal, Escola Tècnica Superior d'Enginyeria Agrària, Universitat de Lleida
Avinguda Rovira Roure 191, 25198 Lleida -  Espagne
* : Corresponding author

La grotte de l'Arbreda est le plus grand site archéologique de la terrasse travertinique des grottes préhistoriques du Reclau (Serinyà, Catalogne), avec une stratigraphie connue qui dépasse les 12 m de puissance. Actuellement, le gisement présente une séquence de quatorze niveaux pleistocèniques, depuis le moustérien ancien jusqu'à une faciès de chronologie relative au magdalénien (niveau A).

Le niveau E de l'Arbreda a été daté autour de c. 30.500 ans cal BP (c. 25.500 14C BP). Il s'agit d'un établissement par des chasseurs-cueilleurs produit après un épisode de fort éboulis. La variété du silex taillé nous montre des origines très diverses de cette matière première lithique. Typologiquement, ce niveau se caractérise pour la présence de pointes de la Gravette et microgravettes de dimensions variables.

Les études archéozoologiques indiquent une grande proportion de restes de cheval (Equus ferus) et cerf élaphe (Cervus elaphus) par rapport aux autres grands mammifères determinés, notamment le grand boviné (Bovini), le boquetin ibérique (Capra pyrenaica) et le sanglier (Sus scrofa). L'analyse des profils d'âge montre que la chasse n'était pas seulement restreinte aux individus adultes. Également, il faut souligner une claire prépodérance d'éléments du squelette appendiculaire de ces animaux. D'une part, ce biais nous informe sur les pratiques de sélection et abattage par les chasseurs. D'autre part, il y avait un traitement des carcasses au kill site, où commençait la chaîne opératoire, afin d'apporter seulement les parties les plus riches en viande au refuge. Les marques de désarticulation et écharnage se concentrent sur les ossements du squelette appendiculaire des grands mammifères. Ensuite, les humains exploitaient les ossements résultants comme source de la moelle, car les fractures sur os frais sont dominantes et des empreintes de percussion ont été identifiées. Finalement, des petits morceaux d'os carbonisés et calcinés dévoilent un usage des ossements comme combustible pour entretenir les foyers.

Bien que la chronologie du niveau E soit proche au Heinrich Stadial 3, l'ensemble faunistique n'est pas très différent d'autres sites ibériques de la dernière glaciation, où il y a un éminent poids des espèces tempérées (particulièrement le cerf élaphe) par rapport à une baisse ou nulle représentation des typiques cold-adapted faunes. Les études microfaunistiques ont déjà caractérisé le niveau E comme un période plus chaude et moins humide que ceux précédents (Protoaurignacien et Aurignacien Évolué) et postérieurs (Gravettien finale et Solutréen).



  • Other
Online user: 5 RSS Feed